Un royaume en dérive, un conflit entre humains et sorciers et une disparition mystérieuse. Trouverez-vous votre place à Corona ?

 

Partagez | 
 

 Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs (ft. Celia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ombre parmi les ombres
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 48
INSCRIPTION : 11/12/2017
AVATAR : Fionn Whitehead


STATUT : célibataire.
CAMP : Neutre
MÉTIER : il loue ses services de voleur à qui le veut bien.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : Il n'a pas de pouvoir particulier même s'il en a toujours rêvé. Quant à ses compétences, Pâris est un garçon dont l'agilité et la discrétion n'ont presque pas d'égal dans le royaume. Enfin, ça, c'est ce qu'il pense. Il est très doué au corps à corps.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : Il est inquiet du climat que cela génère... Des tensions, un fossé encore plus grand entre humains et sorciers, il pourrait en tirer avantage comme couler avec les gens comme lui, du coup, disons qu'il reste prudent et qu'il espère que la situation redevienne vite comme avant.

MessageSujet: Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs (ft. Celia)   Mar 6 Mar - 21:44


Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs
(ft. Celia)
Il y a un mois.
Pâris avait réussi. Son visage se fendit en un petit sourire satisfait alors qu'il enjamba le rebord de la fenêtre. Enjamber des fenêtres c'était devenu bien trop simple avec le temps. D'ailleurs, il y prenait goût, à se mettre en danger comme ça, à faire ses acrobaties sur les murs des bâtisses du royaume. Mais il avait une mission à remplir. Une mission qui lui permettrait de bien manger ce soir, et les autres à venir, alors il ne chipotait pas vraiment. Il avait fait son guet, et attendu que personne ne se trouve dans la chambre avant d'y entrer. À sa deuxième ceinture – l'autre tenant son pantalon qui avait cette fâcheuse tendance à tomber toute les trente secondes – il avait sa petite série d'outils qui lui servaient généralement à ouvrir des volets un peu vieux, des coffres de piètres qualités... Sauf que ce soir, Pâris avait la tête ailleurs. Peut-être pensait-il un peu trop à ses retrouvailles forcés avec Leni alors qu'il la croyait morte... Enfin, retrouvailles, c'était vite dit, il était partit avant d'avoir pu décrocher un mot. Quoi qu'il en soit, il n'avait pas remarqué que la porte de la chambre dans laquelle il venait d'entrer par effraction venait de s'ouvrir lentement.

Aujourd'hui.
Pour une fois, il n'allait pas faire les poches d'un pauvre malheureux pour quelqu'un d'autre, mais bel et bien pour lui. À vrai dire, l'envie l'avait titillé quand il avait vu cette femme et ses bijoux trop voyants et ses habits de prestige se pavaner au marché. Et là, je n'avais eu qu'une idée, c'était de lui fermer le clapet, et de lui en voler un ou deux. Comme ça. Comme pour lui faire la morale. Elle allait voir tient...  Alors il l'avait suivis discrètement quelques instants, faisant mine lui aussi de faire ses courses. Elle gloussait avec deux trois autres femmes de la même trempes qu'elle, elle blagua sur la magie l'air de rien et il avait sentit sa frustration (et une pointe de colère aussi ?) monter d'un cran. Il paya honnêtement de quoi manger pour lui lors du déjeuner  à venir  –  à vrai dire pas grand chose, il n'avait pas grand appétit ces jours-ci ce qui ne lui ressemblait pas – et plissa les yeux, ne quittant pas sa cible des yeux. J'aurais du me douter que quelqu'un d'autre suivait attentivement mon petit manège mais... Il était trop sûr de lui dans ces moments là. Et c'était l'un de ses grands (et gros) défauts. À pas de loup il se rapprocha donc de la femme d'un certain âge (mais qui devait clamer à tout le monde le contraire, planqué sous ses fards et autre postiches) et tendit une main, sûr de lui.

Quand soudain, j'ai senti quelque chose heurter mon bras, une main l'agripper et je me suis retourné violemment, soudain coupé dans mon élan. « Hééé qu'est-ce que... » Ce regard. Il le connaissait. Comment aurait-il pu l'oublier ? La première fois, il en avait eu peur, et il s'en souvenait comme si c'était hier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
★ Moi j'ai un rêve ! ★

MessageSujet: Re: Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs (ft. Celia)   Mer 7 Mar - 2:34


Il n'y a pas de réussite facile
Ni d'échecs définitifs


Quoi de mieux qu'une promenade pour te changer les idées? Tu t'étais occupée de tes petites soeurs et de ton petit frère une bonne partie de la mâtiné, mais ton esprit était ailleurs. Tu pensais notamment à l'aîné de votre famille qui avait quitté le domaine familial et qui ne donnait presque pas de nouvelles. Tu te demandais comment il allait, s'il s'était marié et avait eu des enfants. Pour être honnête, il te manquait cruellement. Le passé te manquait. Sauf que ce qui s'était passé ne pouvait pas être changé.

Tu allas donc au marché, accompagnée d'une domestique qui devait justement faire des courses. La journée était agréable. Le vent était presque inexistant alors que le soleil brillait de mille feux. Lentement, mais sûrement, tu avançais en observant les commerçants et leurs produits. Tu prenais ton temps, profitant de ce moment loin de ta famille pour souffler un peu. Alors que tu attendais la domestique qui était en train de payer, tes pupilles se posèrent parmi les passants. Apparemment, tu n'étais pas la seule noble qui était sortie pour profiter de ce temps clément. Ton regard se posa alors sur un jeune homme que tu reconnus aussitôt. Comment l'oublier après ce qui s'était passé?

C'était il y a un mois environ. Le manoir était tranquille. Les plus jeunes dormaient déjà alors que ton père était certainement en train de lire dans le bureau. Ta belle-mère devait être avec lui en train de broder ou peut-être lire également. Tu n'avais pas particulièrement envie de les déranger dans leur moment de tranquillité. Alors, tu décidas de monter à l'étage pour regagner ta chambre et te reposer à ton tour. Lentement, tu ouvris la porte sans te douter y retrouver quelqu'un.

Tu suivais donc son petit manège attentivement. Comme il était un voleur, tu en déduis que la femme se pavanant avec son maquillage voyant était sa victime. Avant même que tu n'y penses, tes pieds bougèrent de leur plein gré. Puis, sans plus tarder, tu saisis le bras du jeune homme afin de l'empêcher de commettre à nouveau une erreur. Il se retourna violemment à se contact, mais dès que vos regards se croisèrent, il te reconnu. « Il faut croire que les dieux ont un mauvais sens de l'humour. » déclaras-tu en libérant enfin son bras de ton emprise. Tu le regardais, mais tes yeux n'exprimaient pas de la colère. Non, mais plutôt un petit amusement. Ce n'était pas la première fois que tu le surprenais en train de voler. Si la dernière fois tu ne l'en avais pas empêché, cette fois-ci c'était différent.

anglycanne sur epicode
Revenir en haut Aller en bas
Ombre parmi les ombres
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 48
INSCRIPTION : 11/12/2017
AVATAR : Fionn Whitehead


STATUT : célibataire.
CAMP : Neutre
MÉTIER : il loue ses services de voleur à qui le veut bien.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : Il n'a pas de pouvoir particulier même s'il en a toujours rêvé. Quant à ses compétences, Pâris est un garçon dont l'agilité et la discrétion n'ont presque pas d'égal dans le royaume. Enfin, ça, c'est ce qu'il pense. Il est très doué au corps à corps.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : Il est inquiet du climat que cela génère... Des tensions, un fossé encore plus grand entre humains et sorciers, il pourrait en tirer avantage comme couler avec les gens comme lui, du coup, disons qu'il reste prudent et qu'il espère que la situation redevienne vite comme avant.

MessageSujet: Re: Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs (ft. Celia)   Mer 7 Mar - 16:34


Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs
(ft. Celia)
Il y a un mois.
Pâris paniqua. En entendant la porte grincer légèrement puis en la voyant s'ouvrir il eut des palpitations et la première chose qu'il trouva à faire fut de se jeter sous le lit présent dans la pièce. Glisser dessous fut une chose aisée, car il n'était pas bien épais pour un garçon de son âge, et cela à tous les niveaux. Il avait souvent voulu être comme ses hommes grands et musclés, mais aujourd'hui il félicitait mère nature de l'avoir fait tout autre. Pourtant il n'était ps bien planqué. Le petit coffre à bijoux qu'il avait ouvert par curiosité était toujours ouverts, ainsi que l’armoire qu'il avait également entreprit de fouiller. Il n'avait pas eu le temps de refermer les divers portes. Et merde... pensa t-il. Je suis cuis. Évidement parce que la personne qui venait de faire irruption dans la pièce allait se douter de quelque chose... Sauf si elle n'allumait pas la lumière pour piquer un somme directement. Mais il avait des doutes. Le cœur battant à cent à l'heure, j'étais en train de prier tous les dieux dont j'avais connaissance, de croiser les doigts pour survivre à cette soirée... Jusque là, je ne m'étais jamais fais prendre alors que je volais directement chez les gens.  Et si je ne ramenais rien... L'homme qui m'avait passé la commission allait me faire passer un sale quart d'heure. Je ne l'avais pas vu longtemps, juste le temps qu'il ne m'embauche pour voler cette famille dont j'ignorais tout, mais il ne m'avait pas eu l'air d'être un homme charmant. Pâris toujours coincé sous son lit et complètement à l'étroit frissonna.

Aujourd'hui.
Ce visage... ce sourire... Oui, c'était bel et bien elle à n'en pas douter. La jeune femme du mois dernier, celle qu'il avait bien faillis cambrioler. Il nota l'amusement dans son regard tandis qu'elle lâcha son bras et il recula de quelques pas. Sa cible s'éloigna, ne remarquant rien de leur petit manège. Autour d'eux, il eut bien quelques regards curieux, mais rien de plus, les gens repartirent bien vite à leurs petites affaires. « Ce n'est pas... » du tout ce que tu crois, allait-il dire. Mais si, c'était bien ce qu'elle pensait. Alors quoi, cette fille avait décidé de l'empêcher de voler chaque fois qu'elle le verrait ? Il s'éloigna du petit stand sur lequel il s'appuyait de peur de céder et de chaparder quelque chose dans la foulée. « Oui, il faut croire... » marmonna t-il, un peu gêné d'avoir été pris – encore une fois par elle – en flagrant délit. « Tu vas me balancer cette fois-ci ? » Il se reprit, très vite. Sa mère lui avait appris les bonnes manières et il tenait à garder tout ce qu'il pouvait d'elle. « Pardon, vous. » La première fois, à son grand étonnement, la jeune femme n'avait rien dit. Elle aurait pu. Elle aurait pu alerter les autres personnes présentes dans la demeure, en faire tout un foin comme certaines l'aurait fais... mais non. Elle avait eu une réaction qui l'avait surpris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
★ Moi j'ai un rêve ! ★

MessageSujet: Re: Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs (ft. Celia)   Jeu 8 Mar - 14:48


Il n'y a pas de réussite facile
Ni d'échecs définitifs


Dès que tu le libéras de ton emprise, il ne put s'empêcher de reculer de quelques pas. Il allait dire que ce n'était pas du tout ce que tu croyais, mais il s'arrêta bien vite dans sa phrase. Après tout, c'était exactement ce que tu pensais. Ce jeune homme était sur le point de voler cette dame qui ne se serait jamais rendue compte de rien. Sauf que toi, tu l'avais vu. Tu avais deviné ses intentions juste à temps pour l'en empêcher. Tu restais là, à l'observer, alors qu'il s’éloigna du stand sur lequel il s'appuyait. Plus tu le regardais et plus tu te souvenais de ce soir-là où tu l'avais surpris pour la première fois.

Quelque chose était étrange dans ta chambre. Tu ne parvenais pas à le distinguer clairement. Alors,
tu allumas la lampe posée près de ta porte afin d'éclairer la pièce. Lorsque tu reportas ton attention sur la pièce, tu vis que ton armoire était ouverte tout comme ton petit coffre à bijoux. Doucement, tu fronças les sourcils. Tu n'avais pas souvenir de les avoir laissés ouverts pourtant. Que s'était-il donc passé? Était-ce un domestique qui s'était infiltré dans ta chambre? « Il y a quelqu'un? » demandas-tu tout en attrapant la lampe pour avancer de quelques pas. Tu étais un peu naïve de croire que la personne allait te répondre si elle était toujours là. Sauf que qui ne tentait rien n'a rien. Lentement, mais sûrement, tu t'approchas de ton lit sans même te douter que le petit voleur s'y était caché.


Les dieux avaient un très mauvais sens de l'humour. Et il t'approuva en marmonnant, quelque peu gêné. Il devait certainement les maudire pour t'avoir mise à nouveau sur son chemin. Peut-être que ce n'était pas une coïncidence après tout. Aussitôt, il te demanda si tu allais le balancer. Tu regardas alors autour de toi, comme si tu cherchais quelqu'un. « Je suis apparemment la seule à vous avoir vu agir. Alors, pourquoi vous dénoncer? S'il y avait eu d'autres témoins, vous auriez sûrement été dans de beaux draps. » C'était ta façon de lui dire que peu importe la situation, tu ne dirais rien aux autorités. Pourquoi? Toi-même tu l'ignorais, mais tu devais avouer qu'il n'était pas parvenu à ses fins, alors c'était inutile de le dénoncer. « Mademoiselle! Mademoiselle! » Un petit soupire s'échappa de tes fines lèvres en reconnaissant la voix de la domestique qui t'accompagnait un peu plus tôt. Celle-ci te rattrapa bien rapidement. « Mademoiselle, j'ai terminé les courses. Nous devrions rentrer. » Tes pupilles ne quittèrent pas le jeune homme, un peu pensive. Selon toi, c'était l'occasion idéale t'apprendre à mieux le connaître et peut-être découvrir ce qui le poussait à voler les autres. « Rentre au manoir seule. Préviens Père que je serai de retour un peu plus tard. » « Bien Mademoiselle. » Et la petite servante, après s'être inclinée, repartie pour le manoir des Rosenwald. Quant à toi, tu restas aux côtés du voleur. Il n'allait pas partir aussi facilement aujourd'hui. Tu ne lui voulais pas de mal, loin de là. La curiosité te poussait seulement à rester.

anglycanne sur epicode
Revenir en haut Aller en bas
Ombre parmi les ombres
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 48
INSCRIPTION : 11/12/2017
AVATAR : Fionn Whitehead


STATUT : célibataire.
CAMP : Neutre
MÉTIER : il loue ses services de voleur à qui le veut bien.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : Il n'a pas de pouvoir particulier même s'il en a toujours rêvé. Quant à ses compétences, Pâris est un garçon dont l'agilité et la discrétion n'ont presque pas d'égal dans le royaume. Enfin, ça, c'est ce qu'il pense. Il est très doué au corps à corps.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : Il est inquiet du climat que cela génère... Des tensions, un fossé encore plus grand entre humains et sorciers, il pourrait en tirer avantage comme couler avec les gens comme lui, du coup, disons qu'il reste prudent et qu'il espère que la situation redevienne vite comme avant.

MessageSujet: Re: Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs (ft. Celia)   Mar 13 Mar - 12:36


Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs
(ft. Celia)
Il y a un mois.
Boum, boum, boum. Son cœur battait de plus en plus vite. Une voix de femme s'éleva alors, brisant le silence qui s'était installé dans cette belle et grande chambre. Évidement il ne répondit pas, se contentant de prier, les yeux fermés, pour qu'elle ne fasse que passer. Mais au fond… Oui, bien sûr qu'elle ne faisait pas que passer. Vu 'heure elle était même juste venu dormir, après tout, c'était chez elle non ? Et c'était sous son lit qu'il avait trouvé refuge… Caché sous le lit d'une demoiselle qu'il ne connaissait même pas. Il était à la fois rouge de honte et pétrifié de peur que son père, ou son garant, ne vienne à s'en apercevoir. Il se donna enfin un peu de courage pour ouvrir un peu les yeux et tourna la tête vers le côté, apercevant deux pieds. Mince. Elle avançait. Elle savait que quelque chose n'allait pas, et elle devait être en train de chercher quoi exactement. Mais pour l'heure, elle n'avait pas encore fait appelle à des domestiques pour l'aider dans ta tâche, pour son plus grand bonheur. Hélas pour lui, ce ne fut pas elle qui le le trouvas en premier, mais un petit mouton de poussière, oublié, coincé entre deux lattes et un pli de tissu. Il porta avec difficulté une main ans sa bouche, se pinça le nez (il fallait dire que le tout n'était pas facile, dans la position dans laquelle il se trouvait) pour s'empêcher d'éternuer. « Atch… ! » Trop tard. Et là, j'avais clairement eut envie de disparaître pour de bon, crois moi.

Aujourd'hui.
Encore une fois, elle décidait de garder de le silence, de ne rien dire. « Je… Bah chai pas. Beaucoup l'aurait fais à votre place. » se reprit-il presque aussitôt. Certains était prêt à tout pour recevoir une petite récompense après avoir dénoncé un voleur, un bandit ou un autre criminel notoire. Mais après tout, elle ne devait pas en avoir besoin, d'argent. Elle était plutôt bien portante. Quand sa domestique (enfin, il en conclu assez rapidement qu'elle devait l'être) apparut à ses côtés, Pâris ne sut pas vraiment s'il devait partir ou non. Il n'en savait rien de si oui ou non il avait le droit de lui parler, de si… En soi, ce n'était pas interdit. Mais il se sentait toujours mal de parler à des gens… comme elle. Qu'il avait tenté de volé un mois plus tôt. La jeune femme la congédia presque aussitôt et la petite femme s'inclina avant de repartir en direction du manoir. Se balançant d'un pied sur l'autre Pâris regarda successivement ses pieds pour le ciel encore clair, triturant ses doigts derrière son dos. « Au fait je… je ne pense pas m'être présenté la dernière fois... » A vrai dire, il avait eu la peur de sa vie. Il s'était fait prendre par quelqu'un chez lui pour la première fois depuis des années. Et lors de la précipitation, faire des présentations ne lui était absolument pas venu à l'esprit. « Je m'appelle Pâris. » J'avais un nom aussi, mais avec le temps, j'avais fini par ne presque plus l'utiliser. Après tout, ce n'était pas comme si j'étais un citoyen modèle de cette fille, et que les gens prenait la peine de me nommer avec. J'avais certes un logement, mais il était à l'écart de la ville, modeste, trop modeste. Et au fur et à mesure que le temps passait, Langner se faisait oublier. Et de toute façon, ce nom était celui de ma mère, qui était morte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
★ Moi j'ai un rêve ! ★

MessageSujet: Re: Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs (ft. Celia)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs (ft. Celia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» joke + il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs.
» ( j'lève mon verre à la tienne, que ma réussite fasse ta haine ) △ VICTORIA
» Carnaval 2007 de Jacmel, une réussite
» L’enseignement supérieur à Cuba et la Nouvelle Université (de Leslie Yañez, vice
» Clergé d'Orthez

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lumières de Corona ::  Le royaume de Corona :: Le quartier commerçant :: ★ Le marché-
Sauter vers:  


Corona est de retour !
N'oubliez pas de vous recenser si vous souhaitez rester parmi nous.


Aidez nous à faire grandir le forum en laissant un message sur Bazzart ou sur PRD. Merci par avance !