Un royaume en dérive, un conflit entre humains et sorciers et une disparition mystérieuse. Trouverez-vous votre place à Corona ?
 

Partagez | 
 

 (franz) darkness is your candle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ombre parmi les ombres
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 91
INSCRIPTION : 06/09/2017
AVATAR : Gal Gadot


STATUT : Libre comme le vent
CAMP : Du côté des sorciers
MÉTIER : Ombre, monte en l'air et tueuse à gage
HUMEUR : Inquiet des problèmes que pourraient causer la disparition de la Princesse dans leur ville.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : C'est une voleuse de talent, souple et rapide, elle se joue de la pesanteur et des lois de la science. Elle vole plus qu'elle ne grimpe. Sa vulnérabilité n'est qu'une apparence, elle est mortellement dangereuse, car Alana ne rechigne devant aucun contrat tant que son code moral ne l'en empêche pas. Alana est très douée à l'arc et à la lame courte.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : La disparition de la princesse risque de causer des remous en ville, elle craint une nouvelle Purge. Elle craint surtout pour la vie de ses amis.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: (franz) darkness is your candle.   Mer 6 Sep - 22:32

Franz Ackermann
What hurts you, blesses you.
★ Année, saison et lieu de naissance : Franz est né à Corona. Il y a grandit et y a été élevé, il s'y est enrôlé, pour servir son pays. Tout a commencé en l'an 474, au printemps. La date exacte s'est perdue au fil des années, à la mort de ses parents alors qu'il n'était qu'un enfant. Devenu orphelin à cinq ans, personne ne se souciait plus de fêter son anniversaire.
★ Âge : Franz entre dans sa trente sixième année d'existence. Il s'est écoulé dix ans depuis la Purge. Dix ans depuis la mort de sa femme et son fils.
★ Métier : Franz est capitaine dans l'armée de Corona. Il hais l'idée d'être au service du gouvernement qui a participé à la mort de sa femme, mais le bien être du Royaume, de ses habitants prime sur ses sentiments personnels.
★ Statut civil : Il a perdu sa femme il y a dix ans, le jour de la Purge. Il ne s'est jamais remarié depuis. Il n'en a éprouvé aucun désir.
★ Camp : Du côté des sorciers. Franz a perdu sa femme et son enfant à cause de la Purge, il éprouve de la rage, de la haine contre les humains qui méprisent les sorciers.
★ Avatar : Franz emprunte ses traits à Luke Evans.
★ Crédits : Mes avatars, signatures, gifs proviennent de Bazzar, de tumblr, du web en général.

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

★ Quel est votre plus grand rêve ? Que cette abomination qu'a été la Purge n'ai jamais eu lieu. Que sa femme et son fils soient en vie, qu'ils forment ensemble à nouveau une famille. Mais il ne s'agit que d'un rêve, une utopie dont il se berce le soir afin de trouver le sommeil. Un souhait qui ne deviendra jamais réalité, une prière d'enfant trop crédule. Car la barbarie qui a eu lieu ce jour-là ne saurai être défaite.

★ Possédez-vous des compétences particulières ? Franz est un soldat de métier, un capitaine aguerrie de l'armée de Corona. Il est entré dans le corps militaire dès son adolescence avec l'ambition d'être un jour général des armées du pays. Mais tout cela c'était avant la Purge, lorsqu'il rêvait encore d'être un membre important de l'état-major. Malgré ce qui est arrivé à sa femme et à son fils Franz reste est un excellent guerrier, fidèle au serment qu'il a prêté de protéger le peuple. Il entraîne les jeunes recrues de son bataillon, c'est un bretteur de talent et un archer à l'oeil aiguisé. Il fait un très bon maître d'arme et passe pour capable d'entraîner un manchot pour le faire devenir un bretteur de talent.

★ Que pensez-vous de la magie à Corona ? Sa femme était une sorcière. Un don qu'elle lui avait caché sans qu'il sache pourquoi. Un don que partageait leur fils. Encore une chose qu'il ignorait. Et c'est pour avoir possédé ce talent qu'ils sont morts tous les deux le soir de la Purge. Parce que l'homme a peur de ce qu'il ne comprend pas, de ce qu'il ne peut maîtriser. Il aurait aimé sa femme, sorcière ou humaine, il n'aurait jamais eu peur d'elle. Il ne craint pas la magie, ce qu'il craint ce sont les hommes aveuglés par la peur, cupides et assoiffés de pouvoir. Eux sont les véritables dangers.

★ Que pensez-vous de la vie à Corona en général ? Il a exploré bien des royaumes au travers des campagnes militaires dont il a été un membre du corps expéditionnaire pourtant rien n'égal la beauté de ce royaume, Corona. Sa douceur de vivre, la richesse de ses habitants. Et pourtant, depuis la mort de sa famille, et bien qu'il semble être un bon vivant et un joyeux luron, il ne profite plus de la vie comme avant, ni de la douceur de vivre de Corona.

★ Où étiez-vous le soir de la Purge, il y a dix ans ? La question est de savoir où il n’était pas le soir de la Purge. Il n’était pas auprès de sa famille, de sa femme et de son fils. Il n’était pas là pour empêcher ce qui leur ait arrivé. Il n’a appris que des années plus tard comment cela s’était produit. Qui avait découvert le secret que son épouse lui avait tu. Il avait suffi que leur fils Hans, alors âgé de 5 ans, incapable de maîtriser son don, fasse s’épanouir une fleur morte dans la jardinière sur la fenêtre de leur maison, au su de voisins suspicieux quelques semaines avant cette soirée sanglante. Cette nuit-là il avait tout perdu. Alors que lui-même luttait pour empêcher les assassinats au Palais, dans les Rues, la colère de ses voisins, leur haine brûlante se déversa sur le corps frêle et doux de sa femme, sur la tendre rondeur enfantine du corps de son fils. Une nuit pour briser un homme qui semblait jusque-là invincible.

★ Pensez-vous que la disparition de la reine est la faute des sorciers ?  Il pense que les sorciers ne sont en rien responsables de la disparition de la Reine. Franz est persuadé qu’il s’agit d’un nouveau prétexte pour déstabiliser le royaume, pour entraîner un nouveau conflit. Comme dix ans auparavant. L’histoire semble se répéter mais il ne laissera personne terminer le travail de cette sombre nuit, il ne laissera personne faire de mal à Mareena.


★ ... j'ai besoin de changer d'air... ★

- ONCE I WAS FIFTEEN YEARS OLD -

Il aime raconter son histoire. Comment il en est venu à prendre les armes pour Corona. Ses talents de conteur lui permettent d'avoir toujours sa chope remplie et une pléthore de jeunes filles à ses pieds. Sans sombrer dans le mélodrame mais, avec juste la bonne dose du couplet sur l'orphelin qui se trouve une vocation dans la défense de son pays, couplé avec des récits de ses premiers faits d'armes comme soldat, l'équation était gagnante à chaque fois. Il buvait à l'oeil une grande partie de la soirée, le temps de capter l'attention de gentes dames du peuple - loin des princesses du château - et de faire son choix sur sa promise du soir. Il lui ferait une cour rapide, qui déboucherait, comme toujours, par une escapade dans le foin de l'écurie attenante à la taverne où il a ses habitudes. Le patron ne rechigne jamais à remplir sa pinte aux frais des clients friands de ses histoires. Les soirs où Franz se trouvent dans son établissement, ses gains sont meilleurs, ils le savent tous les deux. Chacun trouve son compte à ces soirées en ville du jeune soldat. Il est entré dans l'armée à l'âge de 12 ans, trop jeune, mais lassé de l'orphelinat et disposant peu commune pour son âge. Un corps forgé rudement par les travaux à l'orphelinat dès l'âge de cinq ans. Devenir soldat a été un choix évident, chaque jour il contemplait les patrouilles depuis le seuil de l'orphelinat, chaque jour il s'imaginait aborder les couleurs de leur royaume, protéger les plus faibles, comme il le faisait alors au sein de l'institution pour orphelins. Il est âgé de quinze ans aujourd'hui, il a déjà a été sur des  champs de bataille, il a déjà versé le sang et pourtant, il reste cet être solaire, magnétique, charismatique qu'il a toujours été. Un conteur né, un meneur d'homme inné, à l'âge de quinze ans il est déjà sous la protection d'un capitaine de l'armée qui se charge de faire de lui un soldat, un gradé, jour après jour. Il est rentré en ville depuis peu, il a passé des mois sur le front d'un combat enlisé aux frontières du Royaume, Corona lui a manqué, les femmes aussi. Il donne de lui-même ce soir pour capter son auditoire, il mime les passes d'armes sur le comptoir, virevolte, pivote, feinte, déclenchant des "oh" et des "ah". La bière coule à flots dans sa chope. Pourtant, il ne vacille pas ni ne faiblit dans son récit. Vivant, vibrant, flamboyant. Les jeunes serveuses s'arrêtent plus longtemps que nécessaire pour manifester leur intérêt pour ce héros romantique qu'elles voient en lui. S'arrêtant à la surface du rôle qu'il leur présente ce soir. Certes, il est quelqu'un de frivole, de fougueux, de bon vivant. Mais pas seulement. L'étincelle de souffrance est là, l'éclat moiré de l'abandon et de la souffrance brille dans ses yeux. Mais n'est visible que par quelqu'un qui s'attarderait à le regarder, qui fouillerait son regard pour y trouver des réponses. Tout ce qui portait un jupon ce soir semblait passionnée par le récit de ses exploits. Toutes boivent ses paroles. Toutes sauf une des aides de salle. Il l'a repéré avant son départ au front. Ce soir là elle n'avait pas semblé réceptive à ses histoires, à son charme, elle affichait même une mine désapprobatrice, renfrognée. Elle lui présente son dos aussi souvent que possible, servant à l'éviter ? A le fuir ? A lui montrer son agacement face à son numéro ? Sa superbe chevelure rousse, foisonnante de boucles serrées, lui donne l'air d'une flamme vivante, il l'observe discrètement, elle ne se laisse pas faire par les clients aventureux qui laissent traîner leurs mains : un coup de talon sur le pied, une main broyé entre des doigts à l'air délicat mais pourtant redoutables... Une femme de caractère, une femme de tête, pas plus âgée que lui. Son orgueil en est piqué. Son dédain évident représente un défi pour le jeune adolescent fougueux, aguerri par les combats. Se renseigner sur elle est aisé, surtout après avoir fait couler la bière aussi abondamment dans la taverne et l'or tout aussi nombreux dans les caisses du tavernier. Elle s'appelle Sinead, elle est arrivée de DunBröch quelques mois plus tôt, seule. Orpheline tout du moins c'est ce qu'elle prétend. Un défi. Une prise à la hauteur de ses attentes, il n'a encore jamais été avec une femme que le feu a embrassé. Une expérience dont il se réjouit déjà.

- ONCE I WAS SEVENTEEN YEARS OLD -

Il était allongé près d'elle savourant le calme d'une nuit sans lune, les bras refermés sur sa silhouette toute en courbes. Les épaisses boucles rousses de sa femme étaient répandues sur sa poitrine ombrée par un duvet noir épais. Il l'écoutait respirer, alors qu'elle était profondément endormie. Sa femme. Il avait encore parfois du mal à croire en la chance qui était sienne alors qu'il était encore si jeune, pourtant du haut de ses dix-sept ans il se sentait bien plus vieux, les expériences qu'il avait vécues, les combats auxquels il avait pris part, il était assez vieux pour avoir donné la mort et avoir failli mourir. Bien plus vieux que son âge civil, Sinead prétendait parfois qu'il abritait en lui une âme bien plus vieille que ne le laissait présumer son visage encore juvénile. Sinead. Sa femme effleure délicatement le galbe de son visage. Elle semble si douce, si jeune dans l'abandon dans la nuit. Presque vulnérable. Franz sait qu'il n'en est rien. Il a dû l'affronter pour faire sa conquête, batailler bien plus dur que sur les champs de bataille pour qu'elle abdique un jour. Sa conquête a duré près de six mois. Mais lorsqu'elle lui a ouvert les bras, pour un premier baiser d'une chasteté peu commune dans les habitudes de Franz, il a su qu'elle serait la seule femme pour laquelle il pourrait renoncer à tout. Ils avaient vécu follement leur passion dans les mois qui avaient suivi. Elle l’accueillait chez elle, une chambre de bonne au-dessus de la taverne, à chacun de ses retours de mission, soulagée de le voir lui revenir et terriblement en colère qu'il l'ait laissé de nouveau, leurs retrouvailles étaient toujours explosives mais ils finissaient toujours par se retrouver dans le coeur de la nuit. Deux années s'étaient écoulées depuis leur première rencontre. Il savait désormais tout d'elle et elle savait tout de lui. Elle n'était pas orpheline, il s'en était doutée, mais son caractère flamboyant et son franc parlé avait entraîné son exil jusqu'à Corona. Ils étaient sans famille, l'un comme l'autre. Ils s'étaient trouvés pour ne pas se quitter. Lui qui pensait que l'amour n'était qu'un beau concept dont on berçait les jeunes filles pour les faire s'allonger entre deux bottes de paille, il avait bel et bien changé d'avis sur le sujet lorsqu'il s'était perdu en elle pour la première fois. Elle n'était commune à aucune autre et désormais, ils s'appartenaient pour la vie, liés devant les dieux et les hommes. Unis. Il devra bientôt repartir. Il ne cessait d'être appelé sur le front avec le bataillon du Capitaine Garold, son mentor, mais désormais il avait une raison toute particulière de revenir. Sinead le maintenait en vie. Il n'était plus seul. Un vagissement déchire soudainement le silence tranquille de la nuit. Mue par un instant millénaire Sinead se réveille aussitôt entre ses bras. Sa poitrine est lourde sous ses mains. "Reste allongée mo chara." Lui murmure-t-il à l'oreille en se redressant, il reste nu pour s'approcher du couffin qui repose tout près de leur couche. Son fils est là. Parfaitement réveillé, le visage rouge de colère, ses petits poings dressés. Franz rit en courbant sa longue silhouette pour récupérer l'enfant dans le berceau bas. "Tu es bien le fils de ton père mo mhór un vrai guerrier." Il serre le petit entre ses bras, l'odeur du bébé caresse ses narines alors qu'il embrasse le petit crâne duveteux. Duncan est né six mois plus tôt, alors qu'il se trouvait au combat. Son prénom signifie guerrier brun dans la langue natale de sa mère. Sinead l'a appelé ainsi en son honneur, afin que son fils sache qui est son père. Il se tourne vers le lit, sa femme s'y trouve, bien réveillée, ses longs cheveux roux couvrant ses seins gonflés par le lait maternel. Elle est nue mais n'en éprouve aucune pudeur sous le regard de son époux. Doucement il retourne auprès d'elle dans leur couche, veillant à ne pas secouer son précieux chargement. Il dépose l'enfant dans les bras de son épouse en souriant. "J'oublie parfois que ce seul petit-être peut faire ployer un grand guerrier comme toi." Lui glisse-t-elle alors qu'elle cale le bébé empressé contre son sein, pressant la petite bouche rose contre le téton dressé et enflé. Il la prend dans ses bras, l'adossant sa poitrine solide, les jambes de part et d'autre des siennes, la tête nichée contre son épaule, regardant son enfant se nourrir goulûment au sein de son épouse. Il dépose un tendre baiser sur ses lèvres pleines. "Tu oublies qu'il n'est pas le seul pour qui le grand guerrier ploierait, mo grhá."

- ONCE I WAS TWENTY FOUR YEARS OLD -

L’odeur de la poudre, du sang, de la mort. Les champs de bataille se ressemblent tous à la fin. Il y a les vaincus et les vainqueurs. Les morts et les vivants. Les blessés et les miraculés. Chaque champ de bataille finit par se ressembler quand vous les parcourez depuis près de dix ans.  Mais la sensation de malaise que vous éprouvez en contemplant le carnage que laisse une armée victorieuse derrière elle, cette sensation ne vous lâche jamais. Tout du moins elle n’avait jamais laissé Franz seul lorsqu’il repliait la toile de sa tente de campagne et qu’il préparait son armure à supporter le transport dans les sacoches de selle de sa monture jusqu’à Corona. Il était Lieutenant depuis peu. Il venait de mener sa première campagne à la tête de sa propre division d’hommes. Il ramenait aujourd’hui l’ensemble de ses troupes chez eux retrouver leur mère, leur femme, leur enfant. Une fierté qui se teintait d’une sombre tristesse depuis qu’il avait parcouru le champ de bataille au côté de son mentor pour achever ceux qui ne pouvaient être soignés. C’était là aussi la réalité de l’engagement qui était le sien. La guerre était une épreuve, une horreur qui brusquait l’esprit de l’homme et pouvait parfois faire vaciller son devoir s’il n’était pas foncièrement certain d’avoir quelque chose ou quelqu’un pour lequel se battre. En emballant les dernières pièces de son armure d’officier, il pensait à Sinead et à Duncan, cinq mois qu’il était retenu loin de chez lui. Son fils aurait bientôt dix ans, tout comme son union avec la flamboyante rousse. Dix années qui avaient filée en un claquement de doigt. Il revoyait encore le corps de son fils nouveau-né entre ses bras, alors que jour après jour Duncan devenait plus proche de l’adulte qu’il serait bientôt. Etre père changeait votre vision de la vie, du monde. Il se battait pour eux, pour sa femme et son fils, pour s’assurer qu’ils vivent en paix, qu’ils soient en sécurité. Et l’amour qu’ils lui portaient le maintenait en vie. Il n’avait jamais été gravement blessé, il avait eu son compte de lame plongée dans le corps, de coup violent sur le crâne, de poignet, de cheville brisée, son genoux avait essuyé un violent coup de masse à travers son armure deux jours plus tôt, il en conservait un épanchement important au-dessus de la rotule qui rendait sa station debout difficile. Mais, il savait qu’en rentrant chez lui il retrouverait sa famille heureuse, vivante. Et cela effaçait de son esprit les corps mutilés d’adolescent à peine plus âgés que son fils, agonisant sur le champ de bataille. Il massa doucement son genou douloureux de la paume de la main, grimaçant de douleur. Mais, comme se plaisait à le prétendre son époux il était bien trop têtu pour reconnaitre avoir mal ou se montrer faible, il lutterait contre cette douleur jusqu’au moment où la porte de leur chambre à coucher se refermerait alors, il laisserait son épouse soigner les plaies, contusions et entorses qui meurtrissaient son corps. Pendant que son cœur malmené par la vision de ses adolescents mort pour la cause de l’ennemie, trouverait un baume salutaire au sein de son foyer.

- ONCE I WAS TWENTY SIX YEARS OLD -

Le massacre au palais. Dans les rues. Tant de sang, de souffrance. La nuit était brisée par les cris de douleur, de chagrin. Sa garnison avait été partout, sans pouvoir arrêter de nombreux massacres. Cette nuit les sorciers du royaume, des êtres pacifiques pour la plupart avaient été massacrés comme les chiots d'une portée non désirée. Tout ce sang. Il avait été sûr de nombreux champs de batailles, il avait donné la mort plus qu'à son tour, mais il n'avait jamais massacré des innocents. Donner la mort sur un champ de bataille était différent de ce qui s'était passé ce soir. Il n'avait jamais égorgé des femmes et des enfants dans leurs lits. Il ne s'en était jamais pris à un homme désarmé. A une Reine et à un Roi. Il avait laissé des enfants orphelins de père. Mais jamais ainsi. Non les champs de bataille étaient bien différents de ce massacre d'innocents. Car il ne croyait en rien aux rumeurs de malfaisance des sorciers, certains faisaient le choix du mal, mais comme de nombreux humains sans pouvoirs magiques. Il croyait au libre arbitre. Les images de cette nuit le hanteraient longtemps. Il n'en doutait pas. Le quartier de la ville où il vit abrite des sorciers. Des guérisseurs principalement car de nombreux soldats y avaient installés leurs familles. Lorsque la situation avait été sous contrôle au Palais et aux abords, il avait obtenu de son mentor une permission d'une heure, pour aller s'assurer que sa maison avait été épargnée par les émeutes de cette soirée. Sinead était enceinte de leur deuxième enfant, une petite fille d'après son épouse, qui naîtrait dans quelques jours, il s'inquiétait pour elle, il avait peur que l'angoisse et les émotions de cette nuit ne déclenche le travail en sous absence. Sinead avait souhaité, comme lors de la naissance de Duncan qu'il soit présent pour l'accoucher. Elle était une excellente herboriste, elle avait accouché dans l'intimité de leur chambre à coucher de Duncan en sa seule présence et désirait qu'il en soit ainsi pour la venue au monde de leur fille. Son ami et supérieur avait compris son inquiétude. Néanmoins Franz devait se hâter de revenir pour reprendre le commandement de ses hommes. Il éperonnait sa monture avec insistance, devant par moment s'arrêter pour mettre fin à des échauffourées encore vifs. La ville était encore en feu, il devrait assurer une patrouille constance cette nuit pour empêcher la situation de se réchauffer plus encore. Arrêter tout nouveau lynchage. Un silence de mort planait dans son quartier. Un silence qui hérissa instantanément la pilosité de sa nuque. Quelque chose d'anormal planait ici. D'ordinaire le son des sabots sur les pavés entraînait l’entrebâillement d'un volet, un soulagement palpable. Ce soir les volets restaient clos. Sauf ceux d'une seule maison. La sienne. Une sueur moite, glaciale coulait le long de sa colonne. La porte de sa maison gisait dégondée au milieu de la rue. Une terreur innommable enserra son cœur à l'instant où il sauta à bas de sa monture, avant même qu'elle ne se soit arrêtée. Il franchit le seuil de cette maison qui était la sienne depuis près de dix ans. La cuisine avait été dévastée. Et du sang. Il y avait du sang sur le sol en tomette. Du sang sombre, épais, sur lequel se repaissait déjà des mouches. L'odeur et l'ombre de la mort pesait sur sa maison. Il découvrit Duncan en premier. Son corps reposait en travers des marches menant aux chambres. L'enfant semblait dormir, les yeux clos, rien n'aurait troublé l'illusion si ce n'était le sourire écarlate, sanglant qui ouvrait sa gorge. Les genoux de Franz vacillent, se dérobent. Ils heurtent les tomettes, douleur physique se joignant à la souffrance de son cœur qui éclate à la vision de son premier né mort, égorgé comme un animal à l'abattoir. Son esprit note les petits détails. Sa chemise de nuit retroussée sur ses genoux, laissant entrevoir ses mollets n'ayant pas encore perdus la rondeur de l'enfance alors qu'il venait d'avoir dix ans. Il note les sangs sur ses doigts, signe qu'il n'a pas capitulé face aux ennemis. Son fils. Il remarque aussi l'ecchymose sur sa joue, en dessous de l'œil, marque évidente du coup qui a dû l'abattre au sol. Il serre le corps sans vie dans ses bras, son esprit enregistre la présence d'un parterre de fleurs fanées, épineuses sous le corps de l'enfant, qui jusque-là lui étaient cachées. Il pleure. Longuement. C'est le corps de son fils pressé contre sa poitrine, comme lorsqu'il était enfant, qu'il trouve le courage d'affronter l'horreur qu'il sait l'attendre à l'étage. Et la scène qu'il découvre est plus terrible encore que ce qu'il attendait. La petite fille était bien née. Mais elle n'avait pas eu la chance de vivre. Son épouse reposait sur le lit où ils avaient dû la surprendre après avoir donnée la vie. Avaient-ils fait preuve de clémence pour la parturiente ? Le bébé reposait sur son sein, un oreiller de plume pendait entre les doigts de son épouse. Et il savait. Il savait qu'elle avait refusée de les laisser toucher leur fille. Qu'elle avait refusé de la voir mourir des mains d'un fou. Alors elle avait dû les arranger, quand elle avait compris qu'il ne viendrait pas les sauver, que Declan était déjà mort sous leurs mains infectes. Il savait qu'elle avait dû arriver à les apaiser, à leur faire entendre raison, en promettant quoi ... De ne pas utiliser ses pouvoirs sur eux s’ils la laissaient donner une mort douce à leur bébé ? Une sorcière. Declan, Sinead, Breena leur fille nouvellement venue au monde. Etaient-ils vraiment ce pourquoi on avait défoncé la porte et massacré ? Elle avait étouffée leur fille. Avant de les laisser la poignarder, plusieurs fois. Ils étaient partis en la laissant agoniser. C'était certain. Car sur le bras dénudé de sa femme était inscrit quatre mots "pardonne-moi mon amour" en lettres de sang. Il vacille mais arrive à s'approcher du lit, les yeux de sa femme le fixent, voilés par la mort. La petite fille est parfaite, des boucles rousses, des lèvres pleines, des cils épais. Elles semblent paisibles ainsi, si on ne prête pas attention au sang. Doucement, il dépose Declan contre sa mère, arrangeant sa chemise, ses boucles noires, remontant le drap froissé au pied du lit sur eux. Le chagrin est au-delà des mots, au-delà de ce que peut ressentir un homme. Brisé. Anéanti. Les larmes coulent sur ses lèvres, amères, mélanges de tristesse et de rage. Car la colère est sourde. Elle pulse en lui alors qu'il incline la tête de son fils pour cacher la trace de la lame, tandis qu'il remonte le bébé sur la poitrine de sa femme pour l'installer confortablement, masquant les traces de lame sur la poitrine de son épouse. La maison est silencieuse comme une tombe. Et lui n'est plus qu'une ombre. Il a oublié qui il était, quelle était sa mission. Il se relève, contemple cette scène paisible qu'il a arrangé dans le lit conjugal. Il embrasse les lèvres de son épouse, le front de ses enfants. Puis fait volte face. Hagard. Il ne pense qu'à marcher, quitter cette pièce et y laisser ce tableau paisible. Il ne pense qu'à se convaincre qu'ils dorment alors qu'il ne peut ignorer l'odeur de la mort qui emplit déjà la chambre. C'est en sortant sur le seuil de la maison qu'il réalise soudainement que toutes les fleurs présentent dans la maison, pourtant fraîche du matin, sont fanées.

- BLOOD HAS BEEN SPILLED THIS NIGHT -

Il avait marché, encore et encore. Le sang de séché de sa femme et de son fils sur les mains.  Perdu. Errant. Le cœur brisé, l'âme en lambeaux. Son épée de combat battant son dos. Le son de ses bottes renforcées résonne lugubrement à ses oreilles. Il est épuisé, vidé émotionnellement. Pourtant son corps continu de le pousser vers l’avant. Il marche sans hâte, son esprit enregistre les images de carnage un peu partout mais sans que cela le touche. Il est trop hébété, trop centré sur sa douleur, il n’entend pas les cris de souffrance, de douleur des mères, des femmes, des hommes qui ont perdus un proche ou assistés à un massacre. Il ne peut pas, il ne pourrait pas l’encaisser en plus de sa souffrance. Il errait, hagard, insensible à la douleur de ce peuple qu’il protégeait depuis des années. Insensible à la souffrance des autres. Sa femme, son fils, sa fille née durant la nuit, tous morts. Pourquoi ? Sa femme était-elle une sorcière... Elle ne lui avait jamais rien confiée. Les fleurs. Les fruits et légumes. Ils n’avaient jamais manqués de rien. Les fleurs fanées, les fruits pourris. Peut-être était-il là le don qui avait entraîné leurs morts. Un don utile, dont elle faisait largement profiter leur communauté. Etait-ce ces gens qu’elle avait nourrit qui étaient venus cette nuit ? Qui avaient égorgé son fils, poignardé sa femme ? La rage bouillonnait sous la douleur. Qui venait en pleine nuit égorgé un enfant innocent, un garçon bon et altruiste, une femme parturiente et son enfant nouvellement venu au monde ? Cette petite fille dont il avait effleuré la peau glacée par la mort, alors qu’il aurait dû l’étreindre chaque nuit lorsqu’elle pleurerait... Des sanglots qu’il n’aurait jamais entendu. Des yeux dont il ignorerait toujours la couleur. Des boucles rousses aussi douces que celle de sa mère. Un visage d'ange endormie. Sa fille. Declan. Sinead. C'est alors qu’une pluie diluvienne s’abat sur lui, des cris de douleur, des hurlements, un bruit de course. Mais surtout celui distinctif d’armes que l’on dégaine. Un bruit qui berce son quotidien et le sort de sa torpeur. Des gardes. Des hommes de l’armée. Ses hommes peut-être. Une femme. Une jeune fille leur fait face sous la pluie. Des enfants s’enfuient quand les hommes de l’armée, du palais, vacille des vagues se forment à partir de la pluie. Ils tombent. Vacillent. Soudain une épée quitte la main de son propriétaire alors que la jeune fille tourne le dos pour s’enfuir. L’épée l’atteint en plein dos. Elle s’écroule, le visage face contre le sol. Il tire l’épée de son fourreau dorsal, le chuintement de la lame attire l’attention des hommes lorsque les vagues s’évanouissent et que l’adolescente, car il le voit désormais ce n’est qu’une enfant, s’écroule. Les hommes pivotent. Franz est un guerrier. Et non une gamine désarmée qui utilise ses pouvoirs pour sauver une vie. Elle porte une robe rose clair en tulle et satin. Une robe maculée de boue et de sang. La rage l’étreint. Encore une innocente morte cette nuit de la main d’hommes censés les protéger. L’épée chante lorsqu’elle fend l’air lorsqu’il s’élance dans un silence mortel. Certains l’on reconnut, il le lit dans leurs regards quand il s’avance, ruisselant de pluie, ses longs cheveux noirs plaqués sur son visage. Il les cueille un par un. Les lames s’entrechoquent, parfois, mais il pourfend même ceux désarmés. Il pivote, fouette l’air de sa lame, pare. Un silence de mort résonne dans la ruelle. Entrecoupée par sa respiration hachée, heurtée par l’effort. La lame glisse entre ses doigts, le réflexe du guerrier, il essuie sa lame tâchée de sang contre la tunique pourpre d’un des assassins. La rage s’est apaisée, un instant. Puis son regard dévie vers le corps écroulé dans la boue. Une adolescente innocente. Une mort de plus en cette terrible nuit. Une mort qu’il a vengé. Ces hommes ne méritaient pas d’être des soldats, des gardes, des protecteurs. Ils avaient juré de protéger le royaume et tous ses habitants. Assassiner une noble... Si on se fiait à sa robe. Des enfants. Des innocents comme sa femme et ses enfants. « Mère... Gisela... » Le murmure heurté, agonisant. La dernière prière d’une morte en sursis. Pourtant, elle et en vie. Alors que la lame aurait dû la tuer. Un miracle. Peut-être le seul qu’abriterait cette nuit. Alors il s’approche de ce corps qui semble si frêle dans la boue, délicatement, il la soulève, veillant à ménager son dos et sa blessure. « Tout va bien. Je vais prendre soin de toi, Petite. »


- ONCE I WAS THIRTY SIX YEARS OLD -


Dix années s'étaient écoulées. Aujourd’hui Duncan aurait eu 20 ans. Breena aurait eu 10 ans. Sinead aurait toujours été aussi belle malgré les années. Il s’imaginait parfois la vie qu’ils auraient eu ensemble. Lorsqu’il était allongé auprès de ses hommes sur un campement militaire. Il voyait Duncan, à ses côtés sur le champ de bataille ou heureux dans une petit fermette en dehors de la ville, exploitant la terre, comme l’avait fait les parents de sa mère. Breena aurait été un petit farfadet aux boucles rousses rebelles, voltigeant autour de son visage. Elle aurait remonté la rue dans laquelle ils vivaient à chacun de ses retours de campagne, elle aurait couru vers lui en riant, ses boucles rousses voltigeant derrière elle. Sinead aurait été là, sur le seuil de leur maison, le ventre arrondit par une nouvelle vie à naître, sereine dans sa maternité et sa vie de femme, mère, épouse. Ils étaient à ces côtés à chacune de ses missions, particulièrement les plus dangereuses. Peut-être était-ce pour cela qu’il ne refusait aucune campagne et qu’il se portait volontaire pour les plus dangereuses. Il était si désespérément seul sans eux. Si triste. Malgré sa bonne humeur affichée, malgré ses sourires charmeurs, ses histoires drôles. Il était triste à nouveau. Comme avant de rencontrer Sinead. Avant d’être un mari et un père. Il se sentait vide. La plus part du temps. Sauf quand il se trouvait chez lui. Avec Mareena. Cette maison où il était rentré pour trouver la mort accueillait désormais la vie. Une vie vibrante, douce, sincère. Une amie, une vie à protéger à chérir. Contre toute attente, il avait réussi à la sauver cette nuit-là. Cautérisant la blessure du plat de sa dague, puis la veillant durant les jours de fièvres, restant là, dans cette pièce qui avait vu mourir son fils, surveillant la porte et la jeune fille en robe rose. Personne n’était venu cette nuit-là, ni aucune autre. Mareena avait survécu, il y avait fallu de nombreuses nuits avant qu’elle ne lui avoue qui elle était, ils ne parlaient pas de son pouvoir mais il l’avait vu à l’œuvre cette nuit-là. Il lui avait aussi parlé de sa femme et de ses enfants, afin qu’elle sache où elle semblait vouloir vivre et rester. Il avait enterré sa famille à l’arrière de leur maison, dans le potager que sa femme et son fils entretenait méticuleusement. La tombe commune où reposaient la mère et ses enfants était marquée d’une stèle en pierre qu’il avait sculptée durant ses temps de repos entre deux campagnes militaire. « An seo fois mo chridhe » (ici repose mon cœur). La tombe était toujours fleurie par les soins de Mareena ou de Franz. La maison avait été marquée par la présence de la jeune femme et son activité de guérisseuse, Franz avait aménagé pour elle une officine dans laquelle elle pouvait préparer ses herbes, ses cataplasmes, ses filtres. Il n’avait jamais découvert ceux qui avaient tué sa famille cette nuit-là. Mais, il s’était assuré que Mareena ne craindrait jamais de subir à nouveau une telle nuit. Il était assis là, dans l’ombre, au pied de cette tombe, comme chaque année. Comme avant chaque départ en mission. Il sentait le regard doux de Mareena posé sur lui depuis la maison. « Tu n’as pas à t’inquiéter, je veillerai toujours sur toi. » Souffle-t-il, il sait qu’elle l’a entendu lorsque la porte de la maison se referme dans un doux murmure.


★  ... et mettre fin au mystère ! ★
★ Prénom ou pseudo : PMS
★ J'ai connu le forum sur : Bazzar.
★ Dans la vie, j'aime : Les sushis, les chiens, les bons livres.
★ Team Pascal ou team Maximus ? Team Maximus !
★ Remarques sur le forum : je suis bluffé par l'adaptation et j'avais envie d'innover niveau RPG ça tombe bien !  

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Love is for Children I Owe Him a Debt
your shadow. But that shadow has been serving you. What hurts you, blesses you. Darkness is your candle. Your boundaries are your quest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
STAFF ~ supermodératrice
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 618
INSCRIPTION : 28/08/2017
AVATAR : Simone Simons


STATUT : Célibataire, éperdument amoureuse d'Hadrian mais ne supporte qu'il me rejette.
CAMP : Du côté des sorciers
MÉTIER : Ambassadrice d'Arendelle à Corona. Je suis la filleule de la Reine d'Arendelle. Je suis venue voir si les liens entre Arendelle et Corona peuvent être renouvelés, mais j'en doute . Je suis Noble et je suis une Sorcière. Une Maîtresse de l'Air
HUMEUR : J'ai peur pour moi et ceux que j'aime.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : Pouvoir principal: Contrôle de l'Air. Maîtrise totale. Je suis capable de créer des tempêtes, des tornades et des vents violents. Je peux changer le temps. Je suis devenue une Maîtresse de l'Air

Pouvoir secondaire: Bouclier d'air. Je peux me protéger contre toute attaque physique pendant quelques instants. Il me permet de projeter un individu sur plusieurs mètres, me permettant de m'enfuir.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : Je suis perplexe. Pourquoi elle s'est enfuie? L'a t-on kidnappé? Moi je le pense. J'ignore ce qu'il lui arrive, mais cela ne sent pas bon du tout.

Alors que le festival touche à sa fin, nous les Sorciers sommes en danger et j'ai très peur. J'ai peur pour Hadrian et les miens.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Mer 6 Sep - 22:36

Bienvenue. Tu rends ma petite Mareena heureuse. C'est cool! Puis l'avatar quel choix! Quel canon!!

Bon courage pour ta fiche.

Garde moi un lien.

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


SIMONE THE WIND WITCH


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
STAFF ~ administratrice
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 1177
INSCRIPTION : 02/03/2017
AVATAR : Adelaide Kane


STATUT : Bientôt mariée, c'est du moins ce que souhaiterait son père. Mais Ella n'a pas l'intention de se faire passer la bague au doigt de si tôt !
CAMP : Neutre
MÉTIER : Elle fait partie d'une des familles les plus nobles du royaume, elle ne travaille pas, voyons !
HUMEUR : Changeante. Elle peut se montrer charmante comme détestable selon son bon vouloir.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : Ellerina est capable de produire des flammes dans le creux de sa main et de les projeter autour d'elle. Lorsqu'elle se concentre, elle peut aussi agrandir un feu qui brûle déjà ou les flammes des bougies.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : Elle ne portait pas Eleanora dans son cœur mais la disparition de cette dernière l'inquiète tout de même. Maintenant que la sécurité du royaume est à nouveau menacée, Ellerina redoute une seconde Purge.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Mer 6 Sep - 22:59

Cat2 Cat2 Cat2 Cat2 Cat2
Ta signature Amazed Snif J'ai hâte de lire ta fiche !!
Encore merci d'avoir choisi Franz, comme le dit Simonette, je suis méga heureuse, je commençais à désespérer Meh Vivement que l'on puisse rp ensemble I love you
En attendant, je te souhaite bon courage pour finir ta fiche, et si tu besoin de quoique ce soit, n'hésite pas !

Spoiler:
 

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


She has the mindset of a queen and the heart of a warrior. She is everything all at once and too much for anyone who doesn't deserve her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant de Corona
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 297
INSCRIPTION : 05/09/2017
AVATAR : Lee Pace


STATUT : Célibataire
CAMP : Neutre
MÉTIER : Scieur de bois
HUMEUR : Difficile


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Jeu 7 Sep - 0:36

Bienvenue sur le forum !
J'adore ton choix d'avatar Shy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
★ Moi j'ai un rêve ! ★

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Jeu 7 Sep - 9:15

Bienvenue ! Smile
Je suis d'accord avec les autres, Luke est canon !
Revenir en haut Aller en bas
STAFF ~ supermodératrice
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 432
INSCRIPTION : 31/08/2017
AVATAR : katie mcgrath.


STATUT : mariée à un descendant de Amish DunBroch, frère de Merida; enfant du royaume voisin et émissaire à la cour de Corona.
CAMP : Neutre
MÉTIER : suivante et cousine de la princesse Eleonora.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Jeu 7 Sep - 11:06

Luke est un excellent choix, il est puuuuuuufait Eyes1 Amazed Snif
bienvenue par-minou beau gosse et bon courage pour la rédaction de ta fiche Cat2

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Awaken from a quiet sleep. Hear the whispering of the wind. Awaken as the silence grows in the solitude of the night. Darkness spreads through all the land and your weary eyes open silently. Sunsets have forsaken all and must open their eyes now. — Asja Kadric.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
★ Moi j'ai un rêve ! ★

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Jeu 7 Sep - 18:41

luuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuke le grand, le magnifique, le sublime. Gimme Happy Coeur Heart1 excellent choix de tête et de scénario. Héhé
bienvenue ici et courage pour ta fiche. Shy Heart2
Revenir en haut Aller en bas
Ombre parmi les ombres
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 91
INSCRIPTION : 06/09/2017
AVATAR : Gal Gadot


STATUT : Libre comme le vent
CAMP : Du côté des sorciers
MÉTIER : Ombre, monte en l'air et tueuse à gage
HUMEUR : Inquiet des problèmes que pourraient causer la disparition de la Princesse dans leur ville.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : C'est une voleuse de talent, souple et rapide, elle se joue de la pesanteur et des lois de la science. Elle vole plus qu'elle ne grimpe. Sa vulnérabilité n'est qu'une apparence, elle est mortellement dangereuse, car Alana ne rechigne devant aucun contrat tant que son code moral ne l'en empêche pas. Alana est très douée à l'arc et à la lame courte.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : La disparition de la princesse risque de causer des remous en ville, elle craint une nouvelle Purge. Elle craint surtout pour la vie de ses amis.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Jeu 7 Sep - 20:01

Merci à tous, je vais mettre un peu de temps à faire ma fiche, j'ai beaucoup de boulot actuellement mais elle sera terminée, promis juré

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Love is for Children I Owe Him a Debt
your shadow. But that shadow has been serving you. What hurts you, blesses you. Darkness is your candle. Your boundaries are your quest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre parmi les ombres
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 91
INSCRIPTION : 06/09/2017
AVATAR : Gal Gadot


STATUT : Libre comme le vent
CAMP : Du côté des sorciers
MÉTIER : Ombre, monte en l'air et tueuse à gage
HUMEUR : Inquiet des problèmes que pourraient causer la disparition de la Princesse dans leur ville.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : C'est une voleuse de talent, souple et rapide, elle se joue de la pesanteur et des lois de la science. Elle vole plus qu'elle ne grimpe. Sa vulnérabilité n'est qu'une apparence, elle est mortellement dangereuse, car Alana ne rechigne devant aucun contrat tant que son code moral ne l'en empêche pas. Alana est très douée à l'arc et à la lame courte.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : La disparition de la princesse risque de causer des remous en ville, elle craint une nouvelle Purge. Elle craint surtout pour la vie de ses amis.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Jeu 7 Sep - 21:58

EDIT: le boulet... Je voulais vous remercier pour votre accueil et je ne sais pas ce que j'ai touché encore ... scratch

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Love is for Children I Owe Him a Debt
your shadow. But that shadow has been serving you. What hurts you, blesses you. Darkness is your candle. Your boundaries are your quest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
STAFF ~ administratrice
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 1177
INSCRIPTION : 02/03/2017
AVATAR : Adelaide Kane


STATUT : Bientôt mariée, c'est du moins ce que souhaiterait son père. Mais Ella n'a pas l'intention de se faire passer la bague au doigt de si tôt !
CAMP : Neutre
MÉTIER : Elle fait partie d'une des familles les plus nobles du royaume, elle ne travaille pas, voyons !
HUMEUR : Changeante. Elle peut se montrer charmante comme détestable selon son bon vouloir.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : Ellerina est capable de produire des flammes dans le creux de sa main et de les projeter autour d'elle. Lorsqu'elle se concentre, elle peut aussi agrandir un feu qui brûle déjà ou les flammes des bougies.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : Elle ne portait pas Eleanora dans son cœur mais la disparition de cette dernière l'inquiète tout de même. Maintenant que la sécurité du royaume est à nouveau menacée, Ellerina redoute une seconde Purge.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Ven 8 Sep - 18:32

Je pense que tu as eu un petit bug en éditant ta fiche, est-ce que tu veux que je supprime ton dernier message ? Embarassed I love you
Sinon j'adore ce que tu as écrit pour le moment !

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


She has the mindset of a queen and the heart of a warrior. She is everything all at once and too much for anyone who doesn't deserve her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre parmi les ombres
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 91
INSCRIPTION : 06/09/2017
AVATAR : Gal Gadot


STATUT : Libre comme le vent
CAMP : Du côté des sorciers
MÉTIER : Ombre, monte en l'air et tueuse à gage
HUMEUR : Inquiet des problèmes que pourraient causer la disparition de la Princesse dans leur ville.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : C'est une voleuse de talent, souple et rapide, elle se joue de la pesanteur et des lois de la science. Elle vole plus qu'elle ne grimpe. Sa vulnérabilité n'est qu'une apparence, elle est mortellement dangereuse, car Alana ne rechigne devant aucun contrat tant que son code moral ne l'en empêche pas. Alana est très douée à l'arc et à la lame courte.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : La disparition de la princesse risque de causer des remous en ville, elle craint une nouvelle Purge. Elle craint surtout pour la vie de ses amis.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Ven 8 Sep - 21:04

J'ai édité mon message, mais je te remercie !
Je vais essayer de gratouiller un peu devant TF1 ce soir pour avancer un peu avant de bosser ce week end !

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Love is for Children I Owe Him a Debt
your shadow. But that shadow has been serving you. What hurts you, blesses you. Darkness is your candle. Your boundaries are your quest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
★ Moi j'ai un rêve ! ★

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Ven 8 Sep - 23:41

waaah luke, waaah ce choix de scénario. je. Snif
bienvenue et bonne chance pour ta fiche ! Cat3
Revenir en haut Aller en bas
Ombre parmi les ombres
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 91
INSCRIPTION : 06/09/2017
AVATAR : Gal Gadot


STATUT : Libre comme le vent
CAMP : Du côté des sorciers
MÉTIER : Ombre, monte en l'air et tueuse à gage
HUMEUR : Inquiet des problèmes que pourraient causer la disparition de la Princesse dans leur ville.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : C'est une voleuse de talent, souple et rapide, elle se joue de la pesanteur et des lois de la science. Elle vole plus qu'elle ne grimpe. Sa vulnérabilité n'est qu'une apparence, elle est mortellement dangereuse, car Alana ne rechigne devant aucun contrat tant que son code moral ne l'en empêche pas. Alana est très douée à l'arc et à la lame courte.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : La disparition de la princesse risque de causer des remous en ville, elle craint une nouvelle Purge. Elle craint surtout pour la vie de ses amis.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Dim 10 Sep - 18:08

Merci à toi,
ça avance doucement mais ça avance !!

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Love is for Children I Owe Him a Debt
your shadow. But that shadow has been serving you. What hurts you, blesses you. Darkness is your candle. Your boundaries are your quest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
STAFF ~ administratrice
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 1177
INSCRIPTION : 02/03/2017
AVATAR : Adelaide Kane


STATUT : Bientôt mariée, c'est du moins ce que souhaiterait son père. Mais Ella n'a pas l'intention de se faire passer la bague au doigt de si tôt !
CAMP : Neutre
MÉTIER : Elle fait partie d'une des familles les plus nobles du royaume, elle ne travaille pas, voyons !
HUMEUR : Changeante. Elle peut se montrer charmante comme détestable selon son bon vouloir.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : Ellerina est capable de produire des flammes dans le creux de sa main et de les projeter autour d'elle. Lorsqu'elle se concentre, elle peut aussi agrandir un feu qui brûle déjà ou les flammes des bougies.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : Elle ne portait pas Eleanora dans son cœur mais la disparition de cette dernière l'inquiète tout de même. Maintenant que la sécurité du royaume est à nouveau menacée, Ellerina redoute une seconde Purge.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Dim 10 Sep - 18:47

C'est pas pressé, prends ton temps Snif Amazed tu as une plume superbe en tout cas I love you

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


She has the mindset of a queen and the heart of a warrior. She is everything all at once and too much for anyone who doesn't deserve her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
★ Moi j'ai un rêve ! ★

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Lun 11 Sep - 9:27

LUKE + CHEF DES ARMES + PRO-SORCIER Eyes1 squeeee OMG ! Gimme
Azy j'te mets la pression fais ta fiche j'veux un lien qui démonte woop woop Happy Shy en vrai j'te souhaite surtout la bienvenue dans l'coin ! Et bonne chance pour terminer tout ca Love
Revenir en haut Aller en bas
Ombre parmi les ombres
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 91
INSCRIPTION : 06/09/2017
AVATAR : Gal Gadot


STATUT : Libre comme le vent
CAMP : Du côté des sorciers
MÉTIER : Ombre, monte en l'air et tueuse à gage
HUMEUR : Inquiet des problèmes que pourraient causer la disparition de la Princesse dans leur ville.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : C'est une voleuse de talent, souple et rapide, elle se joue de la pesanteur et des lois de la science. Elle vole plus qu'elle ne grimpe. Sa vulnérabilité n'est qu'une apparence, elle est mortellement dangereuse, car Alana ne rechigne devant aucun contrat tant que son code moral ne l'en empêche pas. Alana est très douée à l'arc et à la lame courte.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : La disparition de la princesse risque de causer des remous en ville, elle craint une nouvelle Purge. Elle craint surtout pour la vie de ses amis.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Lun 11 Sep - 12:11

Argh trop de pression et trop de majuscules ... j'ai peur je vais donc finir de ce pas ma fiche pour que tu viennes m'embêter en RP <3

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Love is for Children I Owe Him a Debt
your shadow. But that shadow has been serving you. What hurts you, blesses you. Darkness is your candle. Your boundaries are your quest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre parmi les ombres
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 91
INSCRIPTION : 06/09/2017
AVATAR : Gal Gadot


STATUT : Libre comme le vent
CAMP : Du côté des sorciers
MÉTIER : Ombre, monte en l'air et tueuse à gage
HUMEUR : Inquiet des problèmes que pourraient causer la disparition de la Princesse dans leur ville.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : C'est une voleuse de talent, souple et rapide, elle se joue de la pesanteur et des lois de la science. Elle vole plus qu'elle ne grimpe. Sa vulnérabilité n'est qu'une apparence, elle est mortellement dangereuse, car Alana ne rechigne devant aucun contrat tant que son code moral ne l'en empêche pas. Alana est très douée à l'arc et à la lame courte.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : La disparition de la princesse risque de causer des remous en ville, elle craint une nouvelle Purge. Elle craint surtout pour la vie de ses amis.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Sam 16 Sep - 23:39

Désolé du double poste mais ma fiche est enfin terminée !

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Love is for Children I Owe Him a Debt
your shadow. But that shadow has been serving you. What hurts you, blesses you. Darkness is your candle. Your boundaries are your quest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
STAFF ~ administratrice
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 1177
INSCRIPTION : 02/03/2017
AVATAR : Adelaide Kane


STATUT : Bientôt mariée, c'est du moins ce que souhaiterait son père. Mais Ella n'a pas l'intention de se faire passer la bague au doigt de si tôt !
CAMP : Neutre
MÉTIER : Elle fait partie d'une des familles les plus nobles du royaume, elle ne travaille pas, voyons !
HUMEUR : Changeante. Elle peut se montrer charmante comme détestable selon son bon vouloir.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : Ellerina est capable de produire des flammes dans le creux de sa main et de les projeter autour d'elle. Lorsqu'elle se concentre, elle peut aussi agrandir un feu qui brûle déjà ou les flammes des bougies.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : Elle ne portait pas Eleanora dans son cœur mais la disparition de cette dernière l'inquiète tout de même. Maintenant que la sécurité du royaume est à nouveau menacée, Ellerina redoute une seconde Purge.


ÉNERGIE:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   Dim 17 Sep - 12:09

J'ai déjà eu l'occasion de te le dire mais waouh, quelle fiche ! Shocked
Non seulement tu as parfaitement cerné le personnage et le caractère de Franz, mais en plus, tu as une manière d'écrire qui est vraiment magnifique. J'ai extrêmement hâte de rp avec toi, j'espère que je serais à la hauteur de ta plume Embarassed I love you
Je valide ta fiche avec grand plaisir et je te souhaite de bien t'amuser parmi nous Coeur Happy

Je t'invite bien sûr à aller créer ta fiche de liens dans ce sujet et en tant que protecteur de Corona, pour commencer le rp, tu peux aller faire un tour dans le sujet commun La fête du village, mais d'après ce que j'ai compris, c'était déjà ton intention héhé Amazed

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


She has the mindset of a queen and the heart of a warrior. She is everything all at once and too much for anyone who doesn't deserve her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
★ Moi j'ai un rêve ! ★

MessageSujet: Re: (franz) darkness is your candle.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(franz) darkness is your candle.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» | When Darkness Falls
» Franz Vakarian
» mansion of darkness
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend
» « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lumières de Corona ::  Je veux entrer dans la danse ! :: ★ Les archives du royaume :: ★ Les fiches archivées-
Sauter vers:  


Corona est de retour !
N'oubliez pas de vous recenser si vous souhaitez rester parmi nous.


Aidez nous à faire grandir le forum en laissant un message sur Bazzart ou sur PRD. Merci par avance !